jeudi 7 mai 2015

SUNGLASSES


Un petit air de Breakfast Club ?
C'est les lunettes ou le Teddy qui fait ça ?
Punaise, 13 ans !



mardi 14 avril 2015

MY GREAT ARTHUR ?


Ça fait plusieurs mois, et presque plus d’un an, même que j’ai des idées de tatouages dans la tête.
Quelques jolis exemples étaient venus illustrer un post, sur ce blog il y a pas mal de temps.
Disons que ça ne me lâche pas.

L’idée d’une manche japonaise en noir et gris, sur le bras droit est venue petit-à-petit.

J’aime bien l’idée d’avoir un vrai tatouage (un peu balèze, quand même) tout au long du bras, qui se cache l’hiver et se dévoile à peine au détour d’un revers de manche sur le poignet. Bref, j’hésite, j’hésite, j’ai plusieurs idées, plusieurs envies, et pas toutes bonnes.
Pourtant, après une petite visite au MONDIAL DU TATOUAGE au début du mois de mars, je n’arrive pas à me décider. J’ai vu aussi de très belles choses chez MYSTERY, un tattoo shop parisien que l’on m’a récemment fait connaître. Plus qu’un tattoo shop, c’est un véritable atelier d’artistes, de tatoueurs tous plus doués les uns que les autres ! Et imaginez la déco du lieu, ambiance grapheurs, skateurs, tatoueurs, … ! J’adore.
Je ne rencontre pourtant pas le même enthousiasme quand j’en parle à Arthur. Disons, qu’il reste assez dubitatif quand je lui montre un croquis où j’ai dessiné un grand MY GREAT ARTHUR, inspiré de THE GREAT GATSBY, en noir, qui partirait de ma nuque et resterait coincé juste là, dans le haut du dos.

Ça, en plus d’une manche japonaise.

Le problème avec moi, c’est que ça va ENCORE me prendre des mois. Des mois de questions avant que je ne franchisse le pas. Faut dire aussi que ce n’est pas donné.
Et pourquoi je me pose toujours 3 milliards de questions avant de faire un truc qui, franchement, au bout de compte, me plaît ?
Pour ce cas précis, on pourrait se dire « OK, une manche, c’est pas un petit papillon au creux du poignet, c’est grand, ça se voit. Et ceci, tous les jours. Est-ce qu’on se lasse des tatouages ? Est-ce qu’au bout de 10 ans, on ne file pas chez le dermato pour se les faire retirer au laser ? Et une manche, c’est pas très féminin, non ? Allez, dîtes si, c’est HYPER SEXY !
Il faut juste se dire, je crois que le tatouage qu’on s’est choisi n’a, d’une part, pas forcément de signification ultra-méga-symbolique et qu’on l’a peut-être choisi juste parce qu’il était joli, tout simplement. Et d’autre part, il n’est pas forcément révélateur d’un passage ou d’un cap important dans sa vie.  C’est vrai, pourquoi chercher des symboles partout, des explications à tout ? Tiens, je devrais me faire tatouer « lâcher prise », histoire que ça me rentre bien dans le crâne !

Moi qui n’étais pas du tout tatouage il y a quelques années, me serais-je laissée doucement influencer par la mode ?
Toujours est-il que j’ai appris qu’un corps entièrement couvert de tatouages pouvait être très beau si tout était en corrélation et pas disposés n’importe où comme des petits graffitis, et posés depuis quelques années, c’est-à-dire, un peu passé par le temps… Une peinture classique sur l’avant-bras droit, un paysage entier avec ses éléphants dans le dos, un voilier sur la main droite, des panthères dans le cou…
Tout un art que je ne connaissais pas.







Je vous tiens au courant de l'avancée de mes recherches ?


lundi 13 avril 2015

LES TOITS DE PARIS






Petite balade sur les toits de Paris...
Vues du 36, rue Marbeuf :
Un côté sur le Grand Palais,
Un côté sur... le Sacré-Cœur tout tout tout au loin.


jeudi 5 mars 2015

DANS LES RUES DE PARIS

17h32 … les tennis se marchent un peu dessus, les jambes se cognent, les mains se baladent, montent et descendent sous le blouson. Sacs à dos par terre, 2 ados se bécotent à la sortie du lycée, du côté de la rue Bertrand.

22h07… les pas s’arrêtent à côté de la voiture garée, les doigts s’entrelacent et les jambes s’emmêlent. Sourires échangés, tout prêt. Les bouches s’appuient et les mains vont partout. A la sortie d’un boui-boui Thaï, 2 quadras se bécotent du côté de la rue Saint-Sébastien.