jeudi 20 novembre 2014

ILLUSTRATIONS

Voici 3 petites illustrations, revisitées à la sauce Illustrator, pour me changer de mon crayon de papier et mettre un peu de couleur...








Avec une préférence pour la 1e et la 3e J J




vendredi 17 octobre 2014

PLAQUETTE PISCINE

 
Voilà maintenant 3 mois que j’ai emménagé à Boulogne et les jours raccourcissant, je ne peux plus aller courir aussi souvent que je le voudrais, à cause du soir qui tombe vite sur le Bois… Et comme je n’ai pas encore décidé de courir avec une lampe frontale, je me dis qu’aller FAIRE UN TOUR A LA PISCINE me changerait et ne me ferait pas de mal… surtout aux articulations qui commencent à se plaindre depuis des semaines.
 
Donc, je regarde ce qu’il se passe dans ma ville et je découvre que la piscine comporte plusieurs bassins, un solarium, et comme à Montrouge qu’on peut venir avec ses palmes.
Chouette !
 
Je note les horaires, et très vite, pleine de bonne volonté pour tout faire en même temps, me vient l’envie de dessiner une petite nageuse, de mettre au propre ces notes avec les tarifs, les cours d’aquagym, etc.
Une petite nageuse en or, style Années 20, mon trip déco du moment, avec une typo Art-Déco, à la GATSBY, ça donne ça.
 
Bref, j’ai fait une plaquette.


 
 
 

 
 

vendredi 3 octobre 2014

DIANA VREELAND

J’adore les émissions qui retracent la vie des gens, de personnages (célèbres ou qui mériteraient de l’être !!) atypiques, singuliers, à la forte personnalité et au destin incroyable. Des résilients ou pas, des self-made men, des extravagantes, … qui forcent l’admiration.
Les émissions « Duels » sur France 5 par exemple ou « Une vie, un destin » sur la 2, font partie de mes préférées, j'avoue.
 
Vient de se terminer à Paris cette semaine, la Fashion-Week. Et comme il y a 2 ans, j’entends parler à cette occasion de Diana VREELAND et notamment d’un film sorti en octobre 2012, retraçant son histoire - DIANA VREELAND, THE EYE HAS TO LOOK. Film que je n’ai pas vu, hélas, procrastinant toujours quand il s’agit de ciné ou d’expos. Dommage.
Bref, dimanche dernier, j’allume ma télé et je tombe sur un documentaire que diffuse Arte sur ce thème de la Fashion-Week. Je me dis, tiens, elle me dit quelque chose cette grande femme… Bien-sûr, j’avais raté « son » film 2 ans auparavant.
Pour preuve que son histoire m’avait marquée.
 
Donc, comme j’aime assez vous présenter ces personnalités hors du commun, qui littéralement m’impressionnent comme Vivian MAIER dans un précédent post, je vous parle de ce portrait génial de DIANA VREELAND, diffusé le 28 septembre dernier à 22h40.
 
Excentrique impératrice de la mode, Diana VREELAND commence sa carrière comme journaliste et éditrice de mode en 1936 pour le magazine Harper’s Bazaar, jusqu’en 1961. L’année suivante, elle devient rédactrice en chef du Vogue américain, où « A FORCE D'AUDACE ET D'IMAGINATION » elle a pu faire du magazine une référence mondiale de la mode et éclairer le monde de sa vision unique du style.
 
Elle y a ainsi dicté les tendances, jusqu’en 1971, travaillé avec des artistes prestigieux comme le photographe Richard Avedon, et côtoyer les plus grands couturiers de son époque.
Diana VREELAND avait notamment ce don pour mettre en valeur le défaut de chacun jusqu’à l’assumer totalement pour qu’il fasse, sans rougir, partie intégrante de la personnalité, de transformer des diamants bruts et révéler au grand public les beautés et non des moindres, de Lauren Bacall ou de Barbara Streisand,….
Féminine jusqu’au bout de ses très longs ongles rouge vif, qui se terminaient par un éternel porte-cigarette, elle savait raconter sa vie et parfois broder pour qu’elle devienne une aventure. Elle aimait dire qu’ « [elle] était aussi exigeante avec les autres qu’avec [elle]-même », que « sans style, vous n’êtes rien ». Son leitmotiv de vie fut  très tôt « SORTIR DU LOT ».
J’aime ses phrases comme « Ce qu’il y a de mieux à Londres, c’est Paris ! ». Mes préférées étant « La seule vie réussie est celle qu’on façonne soi-même », et « Une nouvelle robe ne mène à rien, l’important c’est la vie qu’on mène dans cette robe. 
Bref, un tempérament.
 
A revoir vite vite en replay jusqu’à ce weekend ;-)
Docu Arte du dimanche 29 septembre à 22h40 – Diana Vreeland : L’œil doit vagabonder.
 
 

vendredi 19 septembre 2014

PARIS, DEMAIN MATIN





Michel Piccoli, à moins que ce ne soit Jean-Paul Belmondo, file à toute allure, en décapotable forcément, les gants de sport bleu ciel assortis, fixés sur le volant. L’asphalte s’éclaire sous les phares de l’Aston Martin, le paysage défile. Des ombres grises seulement, il n’est que 5 heures.
Sur le siège passager en cuir fauve, Mireille Darc, nonchalante, se laisse emporter par le rythme de la course. Cheveux au vent tout juste retenus par un foulard de soie, lunettes fumées obligatoires.

C’est urgent. Garder la même allure et rentrer, essoufflés à PARIS.
Plus une minute à perdre … L’amour nous attend ! Celui avec un grand A.
Retrouver PARIS, DEMAIN MATIN.

La Tour Eiffel, les pavés luisant après la pluie, la Seine indifférente sous ses ponts magnifiques. Les parcs et ses allées de cailloux blancs poussiéreux, les bancs publics abîmés, couverts de graffitis, les chaises du Luxembourg, les pigeons qu’on chasse d’un coup de pied. Châtelet qui pue et continuera toujours de puer, les déchets avinés rentrant se coucher.
 
Quitter Paris et savourer, se délecter d’y revenir. Accourir.















Alors, vous êtes dans l'ambiance ?
Djako - Paris, demain matin, compil Hôtel Costes #9